adia El Fani est Réalisatrice-Productrice

Née en 1960 d’un père tunisien et d’une mère française.

Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Grand Prix International de la Laïcité (Paris 2011)

Sceaux de la Paix.

Prix de la ville de Florence (2013).

Bio-Filmographie

Après avoir été assistante à la réalisation notamment avec Roman Polanski, Nouri Bouzid, Romain Goupil, Franco Zeffirelli,

Nadia El Fani réalise son premier court métrage « Pour le plaisir » en 1990 et crée sa propre société de Production Z’Yeux Noirs Movies en Tunisie. Très proche des groupes de femmes militantes elle tourne en 1993 un premier documentaire « Femmes Leader du Maghreb » puis « Tanitez-moi ». Suivront la réalisation de quatre courts-métrages de fictions dont « Fifty-fifty mon amour » et la production de films d’autres cinéastes dont une co-production avec le Canada pour un long-métrage documentaire.

Nadia El Fani s’installe à Paris en 2002 (elle y réside depuis) pour la post-production de son premier long-métrage de fiction « Bedwin Hacker« , dont elle est également productrice, Prix du Public, Sarasota film festival, USA, Prix du meilleur Film Maghrébin au Festival de Mons, Belgique 2003. Mention spéciale du Grand Prix à « Vues d’Afrique » à Montréal. En 2005 elle participe à une série de 15 films courts réalisés par des réalisateurs étrangers « Paris La Métisse« . Grand prix Festival des Iles.

En avril 2008, sort « Ouled Lénine« , Documentaire long-métrage. Mention Spéciale au festival de Bruxelles ; suivi en 2011 de « laïcite, inch’allah » (« ni allah, ni maître! ») documentaire cinéma, Grand prix international de la Laïcité et prix meilleur réalisation Sole Luna Film Festival ; puis en 2012 elle achève « même pas mal », coréalisé avec Alina Isabel Pérez. Grand prix du documentaire au Fespaco 2013 et prix de la meilleure réalisation de la Fondation Espagnole des Femmes pour l’Afrique, Grand prix de Dakar 2013.

Nos seins, Nos Armes ! Coréalisé avec Caroline Fourest pour Fance 2, diffué en Mars 2013, sélectionné dans de nombreux festivals.

PROJETS:

« AZIZA NE SAIT PLUS CE QU’ELLE DIT » et « Frankaouis » deux longs-métrages de fiction, le premier en développement, le second en écriture.

Portrait-Robot (Pourquoi dieu est-il un vieux barbu?) Documentaire en pré-production.

HARISSA ET MOUTARDE, documentaire sur la Bi-Nationalité.

 

Résumé actualisé:

Nadia El Fani est une cinéaste franco-tunisienne. Elle réalise des films de fiction et documentaire qu’on peut qualifier d’engagés. En 2011 son documentaire Laïcité Inch’Allah, réalisé en Tunisie avant et après la révolution, lui vaut des menaces de mort de la part d’extrémistes islamistes ainsi que six plaintes au pénal dont une pour atteinte au sacré. Elle risque 5 ans de prison. En 2012 sort « Même Pas Mal », grand prix du FESPACO 2013, un film réalisé avec Alina Isabel Pérez, une réponse cinématographique à la campagne de haine qu’elle a subi. Puis en 2013 avec Caroline Fourest elle signe Nos Seins, Nos armes! Documentaire réalisé au cours des premiers 6 mois d’installation du mouvement Femen à Paris.

https://nadiaelfani.wordpress.com/

https://vimeo.com/user12179042

www.youtube.com/watch?v=gCYgMIr28AMhttp:/

www.jour2fete.fr/LAICITE-INCH-ALLAH-cdbaaaaPa.asp?v1=laicite

https://www.facebook.com/Nadia-El-Fani-131977710321383/?fref=ts