Biographie

Il a une enfance « plutôt malheureuse […] entre une mère dépressive et un père autoritaire ». Il raconte : « je me suis découvert peu doué pour la vie, peu porté au bonheur, davantage doué pour l’angoisse, la mélancolie : raison pour laquelle j’ai [eu] besoin de philosopher. »

Il est élevé dans une famille chrétienne, mais devient athée à 18 ans, tout en gardant vis-à-vis de cette religion un « sentiment de gratitude ».

Ancien élève de l’École normale supérieure (où il a été l’élève et l’ami de Louis Althusser) et agrégé de philosophie, il a soutenu, en 1983, une thèse de doctorat intitulée Éléments pour une sagesse matérialiste. Son directeur de thèse était alors Marcel Conche.

À sa sortie de l’École normale supérieure, il enseigne une année la philosophie au lycée Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), puis deux ans au lycée de Landrecies (Nord), deux ans au lycée Joseph Fourier d’Auxerre (Yonne), enfin trois ans à l’École normale d’instituteurs de Melun (Seine-et-Marne).

Il est ensuite pendant quatorze ans assistant puis maître de conférences à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Il y enseigne jusqu’en 1998, date à partir de laquelle il se consacre exclusivement à l’écriture et aux conférences qu’il donne en dehors de l’université.

En 1996, il est lauréat du Prix La Bruyère de l’Académie française pour son livre Petit traité des grandes vertus, vendu en France à 300 000 exemplaires (hors poche), et traduit en 24 langues7.

Il est membre du comité d’honneur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, et déclare en 2007 : « La liberté de choix est une valeur plus haute que la vie. » Il est également docteur honoris causa de l’université de Mons-Hainaut, en Belgique.

Il est membre du Comité consultatif national d’éthique depuis mars 20081.

En 2012, il confie : « En quarante ans de vie adulte, je n’ai vécu célibataire qu’un an. Je crois à l’amour conjugal. Ce que je partage avec ma femme depuis vingt-quatre ans est ce que j’ai pu vivre de meilleur. »

Il pratique la méditation assise et silencieuse en tant qu’exercice « indissociablement corporel et spirituel ».